Les Rues Vivantes sont une expérience sociale effectuée dans une situation de la vie réelle dans laquelle les habitants d’une ville peuvent temporairement transformer leur rue en l’endroit dont ils ont toujours rêvé.

Les objectifs des Rues Vivantes à Ivanić-Grad sont de préparer le terrain pour recevoir un centre-ville piétonnier, de promouvoir le vélo comme moyen de transport, de soutenir la production et la consommation locales et de développer l’économie circulaire. La municipalité a pour objectif d’attirer les jeunes à vivre à Ivanić-Grad après avoir terminé leurs études et de faire avancer les mentalités concernant l’utilisation individuelle des voitures et les modèles de consommation non durables. Pour ce faire, la municipalité est en lien avec des entreprises locales et les citoyens; et passe d’une approche descendante à une approche ascendante et co-créative.

Contexte

La ville d’Ivanić-Grad est bien développée grâce aux ressources en gaz et en pétrole, mais cela a un impact négatif sur l’environnement local. La ville est également confrontée à deux problèmes démographiques importants : le vieillissement de la population et l’émigration. En raison de la crise économique prolongée, des locaux commerciaux du centre-ville sont actuellement désertés. Il y a aussi des terres abandonnées convenant à l’agriculture. Ces terres appartiennent actuellement à la municipalité, au ministère de l’Agriculture et aux propriétaires privés qui ont quitté Ivanić-Grad.

Production et consommation d’aliments locaux, économie circulaire et évolution des mentalités

Afin d’aborder la question de la production alimentaire locale, la municipalité a organisé un concours de production de citrouilles à l’occasion de la création de la première Rue Vivante pour sensibiliser les citoyens à l’initiative Rues Vivantes et lier l’initiative à un événement populaire : le festival des citrouilles.

Le maire d’Ivanić-Grad a distribué à tous les citoyens qui ont rempli le formulaire de candidature 100 kits de jardinage urbain comprenant des graines de citrouille, des outils de jardinage, des étiquettes de marquage pour semis et des instructions. Dans ce cadre, des terrains appartenant à la municipalité ont été prêtés aux citoyens vivant dans des immeubles d’habitation collectifs sans jardin pour qu’ils puissent les reconvertir en jardins urbains. Les résultats les ont encouragés à poursuivre ces initiatives dans les années à venir, créant une demande de plus en plus importante de terrains pour les futures Rues Vivantes. Par conséquent, la municipalité est en discussion avec le ministère national de l’Agriculture pour l’utilisation des parcelles de terres actuellement abandonnées. La municipalité discute également avec des citoyens qui n’utilisent pas leurs terres afin que ces derniers les rendent disponibles pour le jardinage urbain. Les exploitations familiales locales ont exprimé leur intérêt à acheter les légumes et les fruits produits localement. Les citoyens et les entreprises locales ont donc été mis en contact par la municipalité pour de futures collaborations.

De plus, les Rues Vivantes ont offert la possibilité d’échanger des expériences avec des experts macédoniens sur la production agricole, ce qui a débouché sur un contrat de commerce international signé entre des entreprises d’Ivanić-Grad et des experts macédoniens. Dans ce cadre, l’expertise macédonienne sera transférée à Ivanić et, à son tour, Ivanić exportera des produits innovants développés au sein des Rues Vivantes tels que des kits de jardinage urbains, des graines de citrouille, des éco-jouets locaux et des dispositifs écologiques pensés par des designers et des entreprises locales. Du point de vue social, le projet devrait permettre à de nombreux citoyens d’Ivanić, originaires de Macédoine, de renouer avec leurs familles originaires de Macédoine.

Dans le cadre des Rues Vivantes, la municipalité a encouragé les petites entreprises à coopérer et à communiquer sur les objectifs communs qu’elles visent, et non à se considérer comme des concurrentes. Ainsi, l’ONG Brenta a été créée pour regrouper les producteurs de vin afin de leur apprendre à mieux coopérer. Beaucoup produisent du vin Škrlet, conduisant à l’organisation d’un nouvel événement local : le festival du vin Škrlet. Ils répondent maintenant ensemble à la forte demande locale en vin Škrlet, à laquelle ils ne pourraient pas répondre individuellement. La municipalité a joué un rôle de facilitateur en connectant les gens et les entreprises sur son territoire.

Ivanić-Grad a également organisé un atelier sur le financement participatif pour mettre en relation les étudiants et les producteurs locaux actuels et futurs avec deux objectifs : l’orientation des étudiants dans leurs choix professionnels et la création d’entreprises locales. En conséquence, une usine locale de biscuits verra le jour et la boulangerie locale a développé de nouveaux produits et du mobilier urbain pour les Rues Vivantes de la place principale. Des outils de jardinage et des hôtels à insectes ont également été créés grâce aux Rues Vivantes, mettant en relation les étudiants en design qui ont conçu les éléments, les retraités qualifiés qui ont fabriqué chaque élément en se basant sur les dessins des étudiants en design, et les enfants de la maternelle qui les ont assemblés. Tout cela s’est déroulé sur la place principale de la ville lors du salon écologique d’Ivanić. Ainsi, après avoir suivi des cours intensifs de financement participatif, les étudiants envisagent maintenant de créer une start-up en design urbain.

Tout ce qu’il a fallu pour en faire une véritable innovation sociale, c’est une radio locale qui relaie les bonnes informations, des retraités passionnés, des étudiants en design créatifs et proactifs et un personnel municipal à l’esprit ouvert se rassemblant grâce aux Rues Vivantes d’Ivanić.

Consommation locale et sensibilisation

Pendant la période de Noël, la municipalité a encouragé les citoyens à acheter des cadeaux produits localement (nourriture, boissons, jouets). Il s’est avéré que de nombreux citoyens ne savaient pas où acheter ces produits, et ils ne savaient pas non plus qui étaient les producteurs locaux et s’ils possédaient un magasin. Pour résoudre ce problème, un salon d’exposition temporaire a vu le jour sur la place principale où les producteurs locaux pouvaient y vendre leurs produits avant la période de Noël. Cela s’est avéré être une grande réussite. Grâce aux Rues Vivantes, les mentalités des citoyens évoluent en ce qui concerne l’importance de la production locale et leurs habitudes de consommation.


Un centre-ville piétonnier

Par le passé, la municipalité a déjà pensé à interdire l’accès du centre-ville aux voitures, mais cette mesure était assez impopulaire à l’époque.

Pendant l’évènement Rues Vivantes, la ville a fermé l’accès du centre-ville aux voitures deux fois pendant deux semaines à différentes périodes de l’année 2017. Au début, les entreprises locales et les propriétaires de magasins craignaient que leurs ventes ne diminuent. Cependant, lors de l’atelier urbain, ils ont compris que même si la place est interdite d’accès aux voitures, il leur restait toujours la possibilité de livrer leurs marchandises. En outre, lorsqu’ils ont réalisé que les habitants souhaitent que la place soit piétonne, ils ont compris qu’ils pourraient finalement en tirer avantage. La municipalité a promis de mettre en place les moyens de communication nécessaires pour promouvoir leurs entreprises. Les résultats positifs obtenus dans d’autres villes européennes ont montré que les centres-villes sans voiture n’apportent pas seulement des problèmes, mais aussi des solutions.

À la fin de l’expérience, les conclusions suivantes ont été tirées :

  • Les jeunes et les familles avec enfants voient la place principale comme un lieu sûr et attrayant avec des espaces verts, des terrains de jeux et des cafés.
  • D’autre part, d’autres citoyens (en particulier les hommes d’âge moyen) ont voté contre l’interdiction d’accès de la place principale aux voitures (ils peuvent généralement garer leur voiture devant les magasins).
  • On estime que les activités organisées dans les Rues Vivantes n’étaient quand même pas suffisantes pour changer complètement les mentalités et convaincre les citoyens à se rendre compte des bienfaits de faire du vélo et de marcher.
  • Pour construire une place piétonne, il faut prévoir un budget pour les infrastructures, ce qui n’est pas inclus dans le budget municipal des deux prochaines années. Cependant, les spécialistes du projet ont proposé de mettre en place des petites activités et des travaux mineurs qui ne nécessitent qu’un budget raisonnable.

Dans un avenir proche, la municipalité d’Ivanić devra modifier ses plans d’urbanisme, notamment en ce qui concerne le centre-ville historique. L’organisation d’un autre atelier urbain est prévue où les citoyens seront invités à exprimer leurs opinions, leurs besoins et donner leurs suggestions.

Seul un engagement politique et une décision du maire de fermer la place pour une période plus longue, par exemple six mois, peuvent avoir un effet plus important et permettre aux autorités municipales et aux citoyens de mieux évaluer l’acceptation et l’impact d’une place piétonne à Ivanić.

Télécharger

français english