Hydrogène : tout ce qu’une ville doit savoir

Position d'Energy Cities sur le rôle de l'hydrogène dans les villes


L’hydrogène a depuis longtemps été identifié comme une alternative aux combustibles fossiles. D’abord dans les années 70, notamment au Japon, puis à nouveau dans les années 2000. Mais le récent « engouement pour l’hydrogène » intervient dans un contexte différent : la technologie est désormais plus avancée et les coûts diminuent.

Il existe clairement aujourd’hui une fenêtre politique au niveau européen pour faire entrer l’hydrogène dans le paquet de mesures « Ajustement à l’objectif 55 » et certains États membres ont déjà intégré l’hydrogène dans leur plan de relance post-COVID. Cette fenêtre représente une opportunité économique pour plusieurs industries, notamment celles qui utilisent l’hydrogène comme matière première (industries chimique et sidérurgique, par exemple).

Energy Cities souhaite porter le débat au niveau local afin de comprendre comment l’hydrogène peut contribuer à décarboner les villes et quels sont les défis à relever pour les collectivités locales. Les villes ont en effet besoin de connaître la stratégie de l’UE en matière d’hydrogène et de savoir  dans quelle mesure elles pourront utiliser cette énergie pour couvrir une partie de leurs besoins et comment celle-ci sera acheminée et distribuée afin de préparer au mieux leurs projets futurs.

Principales conclusions :

  • L’hydrogène peut s’avérer très utile pour aider à réduire les émissions des secteurs les plus difficiles à décarboner dans les villes, tels que les industries lourdes ou les transports (transport maritime, ferroviaire). L’hydrogène est également une énergie aisément mobilisable qui peut être utilisée à la demande pour équilibrer les réseaux électriques en milieu urbain.  Des politiques visant à donner la priorité à son utilisation dans ces secteurs sont donc nécessaires.
  • L’hydrogène n’est pas la solution miracle pour décarboner le chauffage dans les villes : son utilisation pour le chauffage domestique n’est ni efficace, ni compétitive, ni aisée. Pour décarboner les systèmes de chauffage, les villes ont tout intérêt à miser plutôt sur un éventail de solutions non fossiles, en fonction du contexte et des ressources locales : chauffage urbain et pompes à chaleur, rénovation des bâtiments pour en améliorer la performance énergétique, récupération de la chaleur fatale, énergie solaire thermique et géothermique, appareils intelligents, etc.
  • Seul l’hydrogène vert peut être considéré comme propre et doit être développé dans l’UE. Les autres types d’hydrogène entraînent des émissions de GES tout au long du cycle de vie et peuvent contribuer à perpétuer l’utilisation des combustibles fossiles. L’hydrogène vert restera un produit haut de gamme, rare et probablement cher.
  • Développer l’hydrogène nécessiterait d’énormes investissements, dans des hydroducs pour l‘acheminer vers les villes et dans le réseau de gaz des villes pour qu’il puisse supporter 100 % d’hydrogène. Le coût de ces investissements et la faisabilité du reconditionnement des conduites de gaz sont probablement sous-estimés. C’est pourquoi il est préférable de donner la priorité à la production et à la consommation locales.

Document politique - Hydrogène : tout ce qu’une ville doit savoir

EnergyCities_2021_Hydrogen_Document_FR

Les prescriptions de la Commission européenne concernant l’hydrogène et l’intégration du système énergétique

De nouvelles stratégies pour relancer l’efficacité énergétique et cibler les secteurs difficiles à décarboner

La Commission européenne a présenté deux nouvelles stratégies qui vont de pair, l’une en faveur de l’hydrogène et l’autre pour l’intégration du système énergétique. La […]