En route vers des systèmes alimentaires durables

Des cartes aux forêts alimentaires, sept initiatives locales pour vous inspirer !


Comme vous le savez, Energy Cities a publié récemment son nouveau programme pour 2030, définissant quatre systèmes de priorité étroitement liés aux objectifs en matière d’énergie et de climat. Le système alimentaire en fait partie, et nous explorons en ce moment comment les villes, et nos membres en particulier, innovent en matière de gouvernance, encouragent le changement des mentalités et créent des alternatives concrètes pour le secteur de l’alimentation et de l’agriculture. Ce n’est pas une surprise : un vaste ensemble de solutions innovantes sont en cours d’expérimentation au niveau local et de nombreuses villes mènent des stratégies inspirantes pour guider leurs actions vers un système alimentaire durable. En voici quelques exemples !

Une plateforme en ligne pour une alimentation respectueuse du climat à Francfort

La ville allemande de Francfort s’est intéressée à son système alimentaire dans le cadre de sa stratégie globale de réduction des émissions de gaz à effet de serre, avec l’objectif de réduire de moitié ses émissions de CO2 d’ici 2030 et de n’avoir recours qu’à des énergies renouvelables d’ici 2050. Elle a commencé par créer une Journée végétarienne, puis a développé une campagne municipale ainsi qu’une plateforme en ligne intitulée Klimagourmet (Gourmet climatique) animée par le Réseau local d’apprentissage de la durabilité et le service énergie de la ville de Francfort. La plateforme propose un guide de produits et événements locaux, de recettes, d’ateliers et de jeux afin d’impliquer les citoyens de tous âges pour rendre leur régime alimentaire plus durable.

Activités alimentaires contre la pauvreté urbaine à Lille

Dans le cadre de la rénovation urbaine de l’ancien site industriel Fives Cail à Lille (France), la ville a développé le projet « TAST’in FIVES – Transforming Areas with Social Talents : Feed, Include, Value, Educate, Share » (Nourrir, Inclure, Valoriser, Éduquer, Partager). Avec ce projet, Lille étudie depuis trois ans l’impact des activités liées à l’alimentation sur la précarité urbaine. Elle a monté une cuisine collective où les résidents du quartier, en majorité des personnes vivant sous le seuil de pauvreté, peuvent non seulement cuisiner ensemble mais aussi en apprendre plus sur la nutrition, découvrir de nouvelles recettes et limiter le gaspillage alimentaire. Le projet a permis également des formations et des embauches, grâce à l’implication d’entrepreneurs et de restaurants locaux.

Découvrez les fruits de TAST’in FIVES sur son site Web.

Des ambitions à la hausse : pour un système alimentaire durable à Dijon d’ici 2030

La métropole de Dijon (France) entend devenir un site exemplaire en matière d’agriculture durable d’ici 2030, grâce à un « nouveau modèle de production agroécologique à haute performance environnementale et le partage vertueux des ressources entre la ville et le monde agricole ». Pour ce faire, elle a créé un Food Lab et s’est mise à expérimenter de nouveaux modèles de consommation afin de transformer le système agroalimentaire au niveau local. Dijon peut notamment compter sur un écosystème local très attractif pour ce secteur : un réseau d’instituts de recherche, des universités, mais aussi des foyers d’innovation, des parcs technologiques et des entreprises qui aident le gouvernement métropolitain à atteindre ses objectifs. Par ailleurs, elle a développé un label local, qui sera décerné aux producteurs qui respectent des normes de qualité élevées et un principe de proximité, afin de favoriser les circuits alimentaires courts. 

Pour en savoir plus, consultez le site officiel de la métropole de Dijon

Éco-achats à Vienne

La ville de Vienne a mis au point un modèle de marché public appelé Ökokauf (éco-achat), en 1998 : une part de tous les appels d’offres publics doit être consacrée à des achats respectueux de l’environnement. En matière d’alimentation, Vienne dispose d’un groupe de travail interdépartemental qui garantit que 30 % (50 % pour les crèches et les écoles publiques) des budgets alloués sont dépensés pour des aliments sains et durables destinés aux cuisines publiques de la ville. Récemment, elle a revu ses critères afin d’affiner les normes et offrir plus de choix bio et végétaliens.

Centres de prévention du gaspillage alimentaire

Au Portugal, le mouvement ReFood lutte contre le gaspillage et la précarité alimentaires grâce à de bénévoles qui récupèrent des restes de nourriture de différents quartiers et les redistribuent aux personnes dans le besoin qui vivent dans la même zone. L’initiative vise non seulement à rendre le système alimentaire local plus durable en soutenant les personnes défavorisées, mais elle a un impact social important pour la communauté dans son ensemble. Elle crée des liens entre les habitants et leur permet d’agir pour leur quartier. Des centres ReFood sont déjà actifs à travers tout le Portugal, dont 27 rien qu’à Lisbonne… N’hésitez pas à les découvrir !

Cartographier le système alimentaire de Louvain

Dès 2018, l’organisation belge Leuven2030 a développé une stratégie alimentaire axée sur le renforcement des liens entre les milieux urbain et rural et sur le raccourcissement des circuits alimentaires. À l’été 2020, elle a lancé la plateforme de distribution locale Kort’om pour soutenir la mise en œuvre de cette stratégie. Chaque semaine, la plateforme, gérée par un groupe de producteurs locaux soutenu par l’ONG Rikolto, agrège les produits des zones rurales autour de Louvain et organise la livraison auprès de restaurants et supermarchés locaux. Plus récemment, Leuven2030 a également développé une Carte alimentaire écologique, pour mettre en contact les acteurs et les projets de durabilité alimentaire dans la région. Les citoyens peuvent l’utiliser pour s’informer sur un produit ou chercher le verger local le plus proche, tandis que la municipalité peut collecter des données en vue d’analyser le système alimentaire local.

Une forêt alimentaire urbaine à Utrecht

Fin 2020, la ville d’Utrecht a annoncé la création d’une forêt comestible dans une zone résidentielle, la première en son genre aux Pays-Bas. La forêt se composera d’une variété de plantes et arbres comestibles, mais elle fournira également un habitat aux espèces animales et une zone de jeu et d’apprentissage dédiée aux enfants grâce à un verger de quartier et des classes à ciel ouvert. Cette idée provient des habitants eux-mêmes, et le concept a été présenté puis développé conjointement avec la municipalité, une belle façon de donner un nouveau (et délicieux) destin aux espaces verts en milieu urbain !

À propos

Date de publication

12 juillet 2021