La mobilité verte à Brasov

Echange avec la responsable de la communication de l'agence de l'énergie de la ville


Lorsque nous avons décidé de nous concentrer pour notre première newsletter de l’année sur le thème de la mobilité, j’ai immédiatement pensé à contacter notre membre ABMEE, l’agence de l’énergie de Brasov. En octobre dernier, le ministère roumain de l’Environnement, de l’eau et des forêts a annoncé que Brasov allait devenir la première grande ville du pays à disposer d’un réseau de transport public 100 % électrique !

J’ai échangé avec Leea Mihaila (L. M.), responsable de la communication d’ABMEE, pour en apprendre plus sur les projets de la ville en matière de mobilité verte.

Nous connaissons déjà le programme concernant les transports publics électriques de Brasov. De quelles autres possibilités disposent vos citoyens pour se déplacer de manière plus durable ?

L. M. La ville de Brasov s’emploie à réduire ses émissions de CO2 tout en améliorant la qualité de vie de la communauté locale grâce à ses politiques publiques. L’administration publique souhaite travailler davantage sur la modification des comportements, le soutien aux déplacements actifs, les politiques de vélo et de parking, dans le but de rendre l’espace public plus attrayant pour la population.

Brasov compte de nombreuses zones piétonnes, en particulier dans le centre historique. De plus, des projets sont en cours pour transformer de nouvelles rues en zones piétonnes. Nous avançons ainsi vers un centre-ville composé principalement de zones de loisir et de marche.

Des aménagements cyclables existent déjà et nous sommes en train de les étendre. La quasi-totalité des projets de transport ou d’infrastructure visent à développer les aménagements cyclables existants. De plus, la ville dispose d’un système de location de trottinettes et vélos électriques.

Brasov a-t-elle mis en place une stratégie pour la mobilité ? Quels sont vos objectifs ?

L. M. Brasov s’est dotée d’un plan de mobilité urbaine durable. Elle est d’ailleurs une des premières villes de Roumanie à avoir adopté une telle stratégie. Ce plan continue d’être actualisé et de s’enrichir. Nous souhaitons explorer de nouvelles solutions et technologies pour la mobilité, avec une approche innovante, à long terme.

Les mesures prévues par le plan de mobilité urbaine durable vont être complétées par des politiques de transport efficace et propre à travers le Plan d’action en faveur de l’énergie durable et du climat (PAEDC) que nous développons actuellement dans le cadre de la Convention des Maires. Le PAEDC constituera un document clé, avec des objectifs ambitieux pour 2030 ! Nous souhaitons définir un objectif de réduction des émissions de GES de 55 % d’ici 2030, en utilisant une approche intersectorielle et intégrée. Nous mettons en place des actions pour les bâtiments publics, l’éclairage, le chauffage, les transports, la gestion des déchets, l’économie circulaire, les processus participatifs, etc.

Photo: Andrei PAUL

Brasov participe régulièrement au  EU Traffic Snake game, ou jeu du serpent mobile. Avez-vous d’autres projets ou activités pour mobiliser les citoyens autour de la mobilité durable ?

L.M. Récemment, nous avons mis en place la coalition pour la mobilité de Brasov, afin de réunir tous les acteurs locaux et travailler de manière coordonnée. Nous collaborons depuis un an pour que les solutions de mobilité de Brasov soient conçues et développées autour des citoyens, avec les citoyens.

Nous comptons sur le soutien de MOBILITAR, un laboratoire de mobilité de communauté. Ce laboratoire est né d’une initiative de la société civile, avec le soutien de l’administration locale et d’autres parties prenantes clés. Nous suivrons des séances de travail publiques, divisées par sujets : accessibilité, culture de la mobilité, et mobilité intégrée, pour réunir citoyens et spécialistes en architecture, urbanisme, design, technologie, sociologie, mobilité et administration publique. Nous souhaitons impliquer les citoyens dans la prise de décision à travers des débats publics, pour favoriser les idées, le co-conception et la co-création. Il est très important pour nous que les citoyens s’approprient les solutions car nous voulons un laboratoire vivant, pour des solutions de mobilité innovantes.

Brasov fait partie du projet TOMORROW. Les questions relatives à la mobilité seront-elles intégrées aux discussions sur votre feuille de route pour  la transition ? Avec quelles parties prenantes travaillez-vous et comment ?

L.M. En qualité de ville pilote du projet TOMORROW, Brasov a monté une équipe motivée pour travailler sur notre feuille de route pour la transition énergétique et la neutralité climatique.

Nous avons monté une équipe de transition locale qui s’intéresse aux domaines stratégiques de la feuille de route (en apprendre plus ici) et MOBILITAR est un des principaux fruits du processus de transition initié par TOMORROW. La mobilité urbaine est un des sujets les plus importants pour l’équipe de transition, qui travaille à (1) définir le Plan d’action local en faveur de l’énergie durable et du climat pour 2030, (2) tester des outils et mettre en œuvre des méthodes innovantes pour impliquer la société civile à chaque stade et (3) développer la feuille de route pour la neutralité climatique en 2050.

Quelle est la prochaine étape pour Brasov en matière de mobilité durable ?

L.M. Brasov fait partie du projet HUB-IN, souhaitant développer et mettre en place un cadre pour favoriser la régénération du paysage urbain historique de la ville. Toutefois, le processus de régénération ne sera pas limité au patrimoine historique du centre-ville. Nous souhaitons l’intégrer à nos objectifs de développement durable et faire en sorte de fournir des solutions en matière d’architecture, de mobilité et de tourisme durables dans le centre historique. Si HUB-IN n’a pas de lien direct avec la mobilité urbaine, Brasov concentrera ses efforts pour transformer les systèmes de transport de cette partie de la ville, pour fournir des solutions de mobilité efficaces et propres, et préserver la qualité de vie.

À propos

Date de publication

14 janvier 2021