“Graines de maraîchers”

Une pépinière d'entreprises pour l'agriculture urbaine


La pépinière est installée sur un site propriété du Grand Besançon. Là, 10 ha sont cultivés par les Jardins de Cocagne et 6,4 ha par les maraîchers en pépinière. Acquis par la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon, ils auraient pu accueillir des activités commerciales comme dans la zone alentour. Mais, dans le cadre de sa politique en faveur de l’agriculture périurbaine, menée depuis 2004, la collectivité a choisi de laisser ces terres à des activités de maraîchage pour au moins 15 ans. A noter que les terrains déjà exploités par les Jardins de Cocagne sont labellisés en Agriculture biologique, les nouveaux terrains affectés au projet sont en conversion depuis l’automne 2013, et pourront revendiquer le label «AB» à l’automne 2016.

Pourquoi une telle pépinière ?

En France, la demande de légumes locaux en vente directe est supérieure à l’offre. Cet état de fait se vérifie dans le Grand Besançon. Actuellement, les légumes vendus en circuits courts proviennent de l’extérieur de l’agglomération (Haute-Saône, Bourgogne…) et les projets de nouveaux marchés locaux sont souvent freinés par le manque de légumes. L’installation de maraîchers constitue donc un enjeu important.

Un besoin d’accompagnement

De nombreuses personnes souhaitent s’installer en production maraîchère. Pourtant, aucune installation à temps plein n’a pu voir le jour sur le territoire grand bisontin ces dernières années, car, d’une part, l’accès au foncier reste très difficile dans l’agglomération; d’autre part, l’isolement des maraîchers empêche les échanges d’expérience et le partage des frais ou tâches.

Sur le principe de la pépinière d’entreprises

C’est sur la base de ce constat et, forts de l’assurance qu’une collectivité pouvait porter un projet capable de libérer du foncier et de proposer une mutualisation des moyens, que le Grand Besançon et ses partenaires ont développé un projet d’accueil de maraîchers leur permettant de tester leur activité en «pépinière», comme cela existe dans d’autres filières.

SAUGE et la charte de l’agriculture ont préparé le terrain

Dès 2004, le Grand Besançon et ses partenaires (Chambre d’agriculture du Doubs, AFIP Bourgogne Franche-Comté et CFPPA de Châteaufarine) ont réfléchi à la mise en place d’actions dans le cadre d’un programme baptisé SAUGE (Solidarité agricole et urbaine pour des gains environnementaux et économiques en matière d’emploi). Il s’agissait déjà à l’époque de développer les liens entre la campagne grand bisontine et la ville centre, en cherchant à favoriser l’installation d’activités agricoles porteuses d’emplois. Le programme SAUGE s’est concrétisé notamment par la mise en place de formations aux métiers de la nature ou la création de marchés de producteurs locaux (Ex : Pugey en 2007).

En 2010, une autre étape importante était franchie avec la signature de la Charte de l’agriculture de l’agglomération bisontine. Ses objectifs : maintenir une agriculture dynamique sur le territoire, favoriser ses liens avec la ville et appuyer ses démarches en faveur de l’environnement.

Un terrain et des installations partagés

La pépinière est installée sur un site propriété du Grand Besançon. Là, 10 ha sont cultivés par les Jardins de Cocagne et 6,4 ha par les maraîchers en pépinière. Ces 6,4 ha étaient précédemment cultivés par un éleveur laitier de la commune de Chalezeule. Acquis par la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon, ils auraient pu accueillir des activités commerciales comme dans la zone alentour. Mais, dans le cadre de sa politique en faveur de l’agriculture périurbaine, la collectivité a choisi de laisser ces terres à des activités de maraîchage pour au moins 15 ans.Sur cet espace commun, les aménagements sont utilisés conjointement par les Jardins de Cocagne et les pensionnaires de «Graines de maraîchers».A noter que les terrains déjà exploités par les Jardins de Cocagne sont labellisés en Agriculture biologique, les nouveaux terrains affectés au projet sont en conversion depuis l’automne 2013, et pourront revendiquer le label «AB» à l’automne 2016.

Un accompagnement complet pour les maraîchers

Les trois maraîchers retenus pour être les «Graines de maraîchers» bénéficient d’une aide continue : depuis leur entrée dans la pépinière jusqu’à leur installation, et pour une durée maximale de 3 ans, ils sont suivis et accompagnés.Ils peuvent ainsi s’appuyer sur la mise à disposition d’un outil de production, moyennant une redevance d’occupation et une participation aux amortissements et frais d’entretien du matériel.

Qui sont les «Graines de maraîchers» ?

Pour sélectionner les 3 premiers maraîchers qui pourront tester leur projet professionnel en pépinière, le Grand Besançon a établi des critères et diffusé un appel à candidatures. Pour l’entrée en pépinière, un diplôme agricole de niveau IV (ou son obtention pendant les 3 ans de test) est exigé. Le choix s’effectue aussi notamment sur l’expérience pratique et le projet d’installation des candidats. Les maraîchers accueillis sur site ont déjà une formation ou expérience de la production maraîchère et des bases de gestion d’entreprise. Ils pourront rester en pépinière pendant 3 ans (durée maximale), période pendant laquelle ils devront chercher à s’installer de manière autonome, autour de Besançon. Pour sélectionner les 3 premiers maraîchers qui pourront tester leur projet professionnel en pépinière, le Grand Besançon a établi des critères et diffusé un appel à candidatures. Pour l’entrée en pépinière, un diplôme agricole de niveau IV (ou son obtention pendant les 3 ans de test) est exigé. Le choix s’effectue aussi notamment sur l’expérience pratique et le projet d’installation des candidats. Les maraîchers accueillis sur site ont déjà une formation ou expérience de la production maraîchère et des bases de gestion d’entreprise. Ils pourront rester en pépinière pendant 3 ans (durée maximale), période pendant laquelle ils devront chercher à s’installer de manière autonome, autour de Besançon.

télécharger

français