Dialogue transatlantique pour la démocratie énergétique

Les citoyens ne restent pas en arrière-plan


La transition énergétique dans une économie mondialisée ne peut fonctionner que si les individus changent. Et les individus changent lorsqu’ils sont encouragés et lorsque les collectivités leur fournissent les moyens nécessaires. Si les administrations municipales comptent atteindre leurs objectifs en matière de climat et d’énergie, elles ont conscience de devoir impliquer la société civile. Mais voilà qui est plus facile à dire qu’à faire. Comment créer une culture de confiance, d’engagement et d’innovation dans nos villes ?

Impossible de savoir à l’avance ce qui ressortira de la mise en relation de 14 inconnus, provenant d’horizons professionnels différents : administrations municipales, coopératives énergétiques, fournisseurs ou encore organisations pour la justice environnementale. Pour corser l’affaire, ces personnes viennent de quatre villes, trois pays et deux continents différents !

Le laboratoire d’apprentissage « Les Alliés de l’énergie » qui s’est tenu du 28 au 31 octobre 2018 à Cambridge, dans le Massachusetts, était, en effet, riche en diversité. En ont résulté des échanges constructifs et des enseignements que les participants ont rapportés chez eux après trois journées intenses organisées par Energy Cities et le fonds Marshall allemand.

L’objectif de la rencontre était d’intensifier la coopération entre les villes et leur permettre d’améliorer leur propre stratégie pour la transformation du système énergétique à travers un échange d’expériences transatlantique. Il s’agissait d’aborder avant tout l’implication de la société civile et la coopération avec les acteurs du secteur dans le processus de transformation des systèmes énergétiques locaux. Lors du colloque public qui s’est tenu au Massachusetts Institute of Technology le 29 octobre au soir, les expériences d’Heidelberg et de Nantes ont fait l’objet de discussions avec un public élargi.

L’un des participants de la ville a bien préparé le terrain en disant que : “Souvent, nous sommes très concentrés sur nos objectifs et sur la façon de travailler pour amener les autres au lieu de penser à leurs objectifs moteurs et comment cela peut éclairer notre orientation et aligner nos actions”

  • Cambridge, Massachusetts : neutralité carbone d’ici 2050
  • Charlotte (Caroline du Nord) : – 2 % d’émissions de CO2 d’ici 2050 et réduction des émissions de CO2 par personne à 2 tonnes d’ici 2050 (avec un objectif intermédiaire à 7 tonnes d’ici 2030)
  • Nantes, France : – 50 % d’émissions de GES d’ici 2030
  • Heidelberg, Allemagne : – 95 % d’émissions de CO2 d’ici 2050



Voir toutes les photos dans l’album Flickr

Comme l’a souligné la ville d’accueil Cambridge, atteindre ces objectifs ambitieux n’est pas un choix : « La question centrale n’est pas : Peut-on y arriver ? mais Comment y arriver ? »
« Comment » peut prendre différentes formes mais aux yeux de toutes les villes, la société civile a un rôle fondamental à jouer !

Les villes américaines ont été impressionnées par les chiffres de Nantes (France). En sept mois seulement, de la mi-septembre 2016 à mars 2017, le Grand Débat a impliqué 53 000 participants et 11 000 contributeurs appartenant à 270 organisations différentes. Leur travail remarquable a conduit à la création d’une commission exclusivement citoyenne appelant le Conseil métropolitain et les acteurs locaux à produire une feuille de route commune.

Elles ont également été enthousiastes face au « Bürgerdialog », ou processus de planification fondé sur le dialogue, initié par Heidelberg (Allemagne) qui montre comment la société civile peut s’impliquer dans les processus de planification des villes.

Plus de tweets sur ces journées

Les efforts de Charlotte en matière d’équité n’ont, à leur tour, pas échappé aux villes européennes. Comme l’a souligné Taiwo Jaiyeoba, directeur de la planification, de la conception et du développement “Il ne s’agit pas d’égalité mais d’équité. Si ce n’est pas le cas, vous n’y arriverez pas nécessairement.”

Elles étaient également ravies d’en apprendre plus sur la manière de communiquer « à l’Américaine » illustrée par les présentations de tous les participants étatsuniens et en particulier ceux de ClimateNexus et de Democracy Collaborative.

Felix Schäfer de Bürgerwerke eG, un des représentant de la société civile souligne que dans son organisation : « La plupart des personnes engagées sont de grands techniciens mais pas les meilleurs communicants. C’est là le nœud du problème, puisque nous accomplissons de grandes choses mais personne n’est au courant. »

Tous les participants auront retenu comme enseignement majeur que, pour réussir, les partenariats entre société civile et gouvernements locaux pour la transition énergétiques doivent reposer sur une confiance mutuelle, sur des moyens et sur la volonté de tous d’agir, agir et encore agir !

Lire les études de cas (en anglais)

Plus d’information
Energy Allies
www.heidelberg.de/masterplan100
https://www.nantestransitionenergetique.fr/
https://www.cambridgema.gov/CDD/Projects/Climate/NetZeroTaskForce
https://charlottenc.gov/CityCouncil/focus-areas/Pages/EnvironmentFocusArea.aspx

©photos : German Marshall Fund

À propos

Date de publication

juin 27, 2019