Une nouvelle alliance multi-acteurs pour intégrer la question énergétique dans le tissu social

Comment Valence enivsage sa nouvelle normalité post-Covid.


Alejandro Ramon Alvarez

Valencia vient d’être élue au Conseil d’Administration d’Energy Cities. Quels sont les projets et ambitions de cette ville espagnole? Alejandro Ramon Àlvarez, conseiller municipal en charge de l’urgence climatique et de la transition énergétique pour la Ville de Valence (Espagne) en a discuté avec nous.

L’Espagne a été l’un des pays européens les plus touchés par la Covid. Quelle est la situation à Valence ? Et quel a été votre remède pour garder le moral ?

Alejandro Ramon : En effet, la situation en España a été et reste très délicate. Actuellement, nous subissons une deuxième vague très importante de contaminations, même si Valence reste, pour le moment, l’une des régions avec le plus faible taux d’incidence en Espagne. Personnellement, j’ai essayé de faire face du mieux que je pouvais en passant plus de temps avec ma famille, en reprenant des activités que j’avais un peu mises de côté et en prenant le temps de réfléchir à l’importance du niveau local.

Quel impact a (ou aura) cette crise sur les priorités énergétiques et climatiques de la Ville de Valence ? Vous sentez-vous suffisamment « résilients » pour le « monde d’après » ?

A Valence, nous avons adopté un plan de reconstruction approuvé par la majorité des partis politiques qui établit les priorités et lignes d’action pour redresser la ville. Outre la santé, la revitalisation économique et les droits sociaux, ces priorités incluent également la durabilité, la lutte contre le changement climatique et la résilience de la ville comme axes transversaux de la relance. Il est certain que les secteurs public et privé verront leurs capacités de financement réduites et perdront en fluidité économique en raison de la crise économique, même si les plans européens peuvent aider à redresser la situation. Mais la transition énergétique et la lutte contre le changement climatique restent nos priorités et notre stratégie pour mener à bien la relance verte de la ville, conformément aux orientations définies au niveau européen.

Le coronavirus a donné un nouvel élan aux dynamiques de proximité  et de solidarité entre les habitants. Valence participe au projet Tomorrow. Dans le cadre de ce projet, vous travaillez à définir une stratégie pour une plus grande collaboration avec les citoyens sur les questions énergétiques. Quels sont les instruments/initiatives dont vous disposez déjà et ceux qui font encore défaut ?

A.R. : En effet, il nous est toujours apparu essentiel de renforcer les réseaux de solidarité et le tissu social qui existent dans la ville et de promouvoir les processus participatifs ainsi que la participation des citoyens sur la base de ces réseaux. Dans le cadre du projet TOMORROW, avec le soutien d’Energy Cities et d’autres villes européennes, nous encourageons les processus participatifs afin de concevoir, de manière collaborative, la stratégie de transition énergétique de la ville à l’horizon 2030 et 2050.

Dès décembre 2019, un groupe de travail interne a été mis en place au sein des différents services municipaux qui participent au développement du PAEDC et à la lutte contre le changement climatique. Et le 24 septembre 2020, nous avons constitué un autre groupe, externe celui-là, avec 20 représentants de la quintuple hélice (société civile, entreprises privées, universités, organismes publics, médias) pour coordonner et mener à bien la stratégie de transition énergétique. En 2021, la ville va lancer une campagne de communication et promouvoir un processus participatif à destination des citoyens afin de les impliquer dans ce processus de définition conjointe de la stratégie.

Comment voyez-vous la crise de la Covid : comme une menace (parce qu’elle entraîne une baisse de revenus par exemple) ou comme une opportunité de changer pour un urbanisme radicalement différent ? A quoi va ressembler la « nouvelle normalité » dans quelques mois, quelques années ?

A.R. : Il ne fait aucun doute que la perte de revenus et de capacité d’investissement, tant publics que privés, est un obstacle à la transformation du secteur de l’énergie dont notre société a besoin. Cependant, une période de changement aussi profonde que celle que nous vivons, révèle des réalités et des scénarios qui étaient impensables il y a seulement un an et permet donc de mettre en œuvre des initiatives et des projets ambitieux beaucoup plus rapidement et efficacement. Il est temps de promouvoir le retour à une nouvelle normalité, alignée sur cette vision d’une ville durable, équitable, sociale, verte et saine. Une ville dotée d’un modèle économique vital qui place les personnes au centre de ses préoccupations et fait preuve de responsabilité envers les générations futures.

L’Europe propose différentes mesures de financement et de soutien pour soutenir cette relance verte dans les Etats membres et leurs villes. Selon vous, comment cette aide doit-elle être articulée ?

A.R. : L’Union européenne doit veiller à ce que les villes disposent des compétences et des ressources nécessaires pour mener une relance verte saine, résiliente, durable et équitable. Étant en première ligne de la relance, les municipalités et les collectivités locales ont besoin du soutien total des institutions européennes, sous forme de compétences, ressources, informations et outils, pour optimiser l’efficience et l’efficacité de cette relance. Ce soutien doit s’articuler autour de projets de démonstration pouvant être mis en œuvre rapidement et efficacement et ayant un impact avéré.

En outre, l’UE doit placer les citoyens eux-mêmes au centre de chacune de ses politiques et initiatives, en veillant à ce que la transition énergétique et la relance verte ne laissent personne de côté.

Vous avez récemment rejoint le Conseil d’administration d’Energy Cities. Quels bénéfices en attendez-vous pour Valence ?

A.R. : Pour Valence, faire partie du Conseil d’administration d’Energy Cities est une reconnaissance des initiatives et des projets que la ville a mis en œuvre pour lutter contre le changement climatique et promouvoir la transition énergétique. Le fait de nous retrouver autour de la même table que des villes leaders en matière de transition énergétique au niveau européen nous permettra également de donner plus de visibilité à Valence et aux initiatives en cours de développement, et sera pour nous l’occasion de partager des expériences et d’apprendre d’autres municipalités et initiatives. Energy Cities offre un espace d’information, de réflexion et de débat, l’un des meilleurs outils dont disposent les villes pour faire face à un défi mondial tel que le changement climatique.

À propos

Date de publication

12 octobre 2020