Nouveau rapport: L’activisme de la société civile, un atout pour la collectivité

Exemples réussis de participation citoyenne aux Etats-Unis et en Europe et ce que l’on peut en retenir


Le dernier rapport du projet “Energy Allies” met en lumière comment la société civile peut être un allié et aider les collectivités locales dans leur quête d’une stratégie en matière de transition énergétique. La société civile, ce sont les collectifs de citoyens, des organisations non-gouvernementales, des startups et des entreprises établies. Elle est un important quoique difficile partenaire qu’il convient d’intégrer dans la gouvernance de l’énergie.

Les alliances ville-citoyens sont au centre de notre rapport « Autorités locales et société civile : Alliées pour une transition énergétique en Europe et aux Etats-Unis ». Il s’agit d’un guide à l’attention des responsables politiques et agents territoriaux qui souhaitent ouvrir de nouveaux processus participatifs. Le document s’inspire des bonnes pratiques de quatre villes en Europe et aux Etats-Unis, pour qui renforcer le rôle des acteurs locaux dans le processus décisionnel local est essentiel. Ce rapport, rédigé par le German Marshall Fund (GMF) et co-écrit par Energy Cities vous emmènera à Nantes (France), Heidelberg (Allemagne) ainsi que de l’autre côté de l’Atlantique à Cambridge (Massachusetts) et Charlotte (Caroline du Nord). Après une description du contexte et des initiatives pionnières menées par chacune de ces quatre villes, le rapport aborde différents moyens de faire participer la société civile aux dialogues multi-acteurs sur la transition énergétique locale.

Faire participer la société civile pour une démocratie participative saine  

Au travers d’exemples détaillés, ce guide montre les différentes façons de donner la parole aux citoyens, entreprises et associations. Aujourd’hui, une ville est bien plus qu’une instance régulatrice et décisionnelle et se doit d’intégrer la société civile dans ses processus. Le rapport identifie plusieurs rôles clés que peut jouer la société civile dans une coopération entre l’administration locale et les communautés locales. Ils s’agit de leçons tirées du projet transatlantique Energy Allies.

Les collectivités locales doivent utiliser pleinement le potentiel de la société civile en tant que :

  • Promoteur
  • Rassembleur
  • Acteur
  • Educateur
  • Laboratoire
  • Propagateur d’idées

Chacun de ces rôles est illustré par des exemples concrets impliquant des coopératives, des collectifs de citoyens, des organisations non-gouvernementales, des startups et des entreprises énergétiques.

Les villes sont confrontées aux enjeux climatiques et sont bien placées pour trouver des solutions à travers une plus forte démocratie énergétique. Les lecteurs apprécieront en particulier les principales leçons tirées par les villes de leurs partenariats avec la société civile. Les six dimensions identifiées montrent que, à condition de s’y prendre correctement, les villes ont énormément à gagner à écouter et amplifier la voix de leurs acteurs locaux.  

Energy Allies

Une importante dimension de ce rapport concerne la nature transatlantique des exemples rassemblés. Suite à la décision des Etats-Unis de se retirer de l’accord de Paris en 2017, les liens entre les Etats-Unis et l’Union Européenne se sont distendus en matière de lutte contre le changement climatique. Energy Allies est un projet commun du Fonds Marshall allemand des Etats Unis et Energy Cities. Ce rapport retrace les divers échanges d’idées qui ont eu lieu au travers de ce projet. Les efforts mis en avant, comme l’objectif d’atteindre 100% d’énergies renouvelables adopté par la Conférence des Maires américains en juin 2017, montrent qu’en dépit des contextes politiques nationaux, les relations que maintiennent les villes et les engagements qu’elles prennent peuvent conduire à la mise en place de stratégies de décarbonisation, et ce des deux côtés de l’Atlantique.

Article rédigé par Carol Grzych et Miriam Eisermann