“Il est clair que nous ne pouvons produire toute l’énergie sur notre territoire.”


Stephan Brandligt, adjoint au maire de Delft, explique comment les villes néerlandaises coopèrent entre elles et en quoi cette coopération est essentielle à l’avènement du futur réseau de chauffage urbain XXL. Ce n’est un secret pour personne. Même les villes les plus performantes ont besoin des territoires qui les entourent pour leur fournir les ressources (énergie, produits alimentaires) nécessaires à leur survie. Nul n’est mieux placé pour le savoir que Stephan Brandligt. Cet adjoint au maire de Delft, ville de 101 000 habitants située aux Pays-Bas, entre Rotterdam et La Haye, n’a eu en effet de cesse de s’assurer que sa ville établisse des liens ouverts et coopère avec les municipalités et régions avoisinantes.

Stephan, votre ville, Delft, n’est-elle pas assez forte pour produire et gérer elle-même sa propre énergie ? Pourquoi avez-besoin des territoires environnants ?

“Prenons le cas de Delft : si l’on regarde notre consommation d’énergie aujourd’hui et les projections pour 2030 et 2050, et si l’on part du principe que toute cette énergie devra être d’origine non fossile, alors il est clair que nous ne pouvons tout produire sur notre territoire » répond Stephan Brandligt.

Les Pays-Bas ont instauré un plan ambitieux qui consiste pour le pays à se passer de gaz naturel afin d’atteindre son objectif de zéro émission nette d’ici 2050.

En effet, le gouvernement néerlandais a décidé d’arrêter l’extraction de gaz à Groningue et donc de commencer sa transition vers un approvisionnement énergétique sans gaz naturel (fossile). Pour les municipalités, cela signifie concrètement qu’elles devront, dans les années à venir, élaborer un plan afin de définir comment mettre en place cette transition vers une nouvelle façon de se chauffer et de cuisiner. A Delft, nous pouvons produire une partie de la chaleur et de l’électricité dont nous avons besoin, en ayant recours à la géothermie ou à d’autres sources de chaleur à petite échelle, aux panneaux solaires, et peut-être en installant une éolienne, bien que cela s’annonce difficile du fait de la proximité de l’aéroport. Mais ce qu’il n’est pas possible de produire localement devra venir des territoires environnants.

La Haye fait face au même problème et à Rotterdam, la situation est encore plus difficile. Cela signifie que les villes de la région doivent coopérer entre elles et que la région doit elle-même coopérer avec d’autres régions car elle n’est pas assez grande. Nous devons veiller à ce que chacun participe à la hauteur de ses possibilités et qu’on intègre tous les secteurs.

Bien souvent, lorsque l’on pense aux ressources rurales utilisées pour répondre aux besoins en énergie des centres urbains, les premières qui viennent à l’esprit sont l’éolien (notamment ici, aux Pays-Bas) et le solaire. Mais dans votre cas, et c’est assez inhabituel, c’est de chaleur dont il s’agit. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

« Dans le cas du chauffage urbain, la coopération régionale prend tout son sens. Le futur réseau ira en effet de Rotterdam à La Haye, en passant par Delft et s’étendra jusqu’à Leyde au nord et Dordrecht au sud. Cela signifie que ce réseau s’étalera sur 40 à 50 kilomètres de large, ce qui représente beaucoup de municipalités, petites et grandes. Et toutes ces villes devront coopérer à la mise en place du réseau de chauffage urbain. »

C’est dans les villes que nous devons mener la lutte contre le changement climatique. Les municipalités savent en effet de quoi les habitants ont besoin et peuvent mieux comprendre leurs inquiétudes. D’après notre expérience, adopter une approche locale n’est pas toujours évident dans un secteur aussi concurrentiel que celui de la chaleur et de l’énergie, dominé par de grands acteurs historiques. Comment y parvenez-vous, Stephan ?

« Nous avons de nombreuses coopératives locales portées par des citoyens et nous espérons que la législation européenne les protégera et qu’elles pourront continuer d’exister. Il existe en effet de petites entreprises énergétiques, mais le problème aujourd’hui est que les plus grosses sociétés cherchent à les évincer » conclut Stephan Brandligt.

Stephan Brandligt est également Vice-Président du Conseil d’administration d’Energy Cities.

Entretien réalisé en mai 2019

Stephan Brandligt

À propos

Nom

Stephan Brandligt

Fonction

Adjoint au maire

Lieu

Delft, Pays-Bas

Site internet

www.delft.nl

Sur les réseaux sociaux