Quelle place pour les villes dans les missions Horizon Europe ?

Découvrez le nouveau programme de recherche et d’innovation de l’UE


Horizon Europe, le nouveau programme de recherche et d’innovation de l‘UE, a été lancé en juin dernier et courra jusqu’en 2027. Ce programme, qui succède à Horizon 2020, présente quelques nouveautés : soutien accru à l’innovation grâce à un Conseil européen de l’innovation ; meilleure prise en compte des principes de la science ouverte pour une plus grande accessibilité et un meilleur partage des connaissances; partenariats renforcés entre l’UE et les pays associés, le secteur privé, les fondations et les autres parties prenantes afin d’éviter les doublons et la fragmentation de la recherche ; et enfin, cinq missions de l’UE.

Quelles sont les missions Horizon Europe ?

L’UE décrit les missions comme « un effort coordonné de la Commission pour mettre en commun les ressources nécessaires en termes de programmes de financement, de politiques et de réglementations, ainsi que d’autres activités ». Dans la pratique, les missions réunissent différents services de la Commission (directions générales) afin d’éviter un cloisonnement de la recherche. Elles doivent également promouvoir la collaboration à tous les niveaux afin de résoudre les grands défis de notre temps et s’assurer que la recherche réponde aux besoins des citoyens.

Les missions ont été identifiées par un comité d’experts internationaux et approuvées par la Commission européenne en octobre 2020. Chaque mission d’Horizon Europe comprend un ensemble d’actions (projets de recherche, politiques et initiatives législatives) ainsi que des objectifs à atteindre d’ici 2030 : 

  • Adaptation au changement climatique : aider moins 150 régions et communautés de l’Union Européenne à devenir résilientes au changement climatique d’ici à 2030
  • Cancer : collaboration au sein du plan européen « Vaincre le cancer » pour améliorer la vie de plus de 3 millions de personnes d’ici à 2030 grâce à la prévention, aux traitements et aux solutions permettant de vivre mieux et plus longtemps
  • Restaurer notre océan et nos milieux aquatiques d’ici à 2030
  • 100 villes intelligentes et neutres pour le climat d’ici à 2030
  • Un pacte pour des sols sains en Europe : 100 « laboratoires vivants » et projets « phares » pour mener la transition vers des sols sains d’ici 2030.

Que peuvent faire les villes ?

J’ai discuté avec Giustino Piccolo, l’un de nos chefs de projets expérimentés, afin d’identifier les rôles que pourraient jouer les villes dans ces missions et voir comment nous pouvons apporter notre pierre à l’édifice.

SG : Comment les villes peuvent-elles contribuer à atteindre les objectifs des missions ?

GP : Les villes, et plus largement les collectivités locales et régionales, joueront un rôle clé dans la mise en œuvre des actions des missions et dans le soutien à la réalisation de leurs objectifs. La plupart des missions préconisent en effet une approche locale et encouragent le lancement de laboratoires vivants, de sites de démonstration et de projets phares au niveau local.

Bien sûr, la mission la plus importante pour les villes est celle des « 100 villes intelligentes et neutres pour le climat d’ici à 2030 » – aussi appelée Mission « Villes ». La mission « Villes » vise à « accélérer l’évolution de 100 villes vers la neutralité climatique d’ici à 2030 ». Une  centaine de villes (environ), toutes différentes les unes des autres, seront soutenues financièrement par la Mission et feront ensuite office de « pôles d’innovation afin de permettre à toutes les villes européennes de devenir neutres pour le climat d’ici à 2050 ».

La mission Adaptation au changement climatique aidera au moins 150 régions et communautés de l’Union européenne à devenir résilientes au changement climatique d’ici à 2030, et produira au moins 75 démonstrations à grande échelle de transformations systémiques en faveur de la résilience climatique dans les régions et communautés européennes. Cette mission est étroitement liée à la Convention des Maires et à son volet « adaptation ».

Les villes sont également appelées à jouer un rôle clé dans des missions moins évidentes. La mission Un pacte pour des sols sains en Europe reconnaît que les sols « sont au cœur des infrastructures vertes, de la planification urbaine durable et du bien-être des personnes qui vivent dans un environnement bâti ». La mission soutiendra des actions ambitieuses dans 100 laboratoires vivants et projets phares dans un contexte territorial, y compris des laboratoires vivants axés sur l’urbain, afin de soutenir la végétalisation de nos villes et renforcer les liens entre ville et campagne. La mission « Restaurer notre océan et nos milieux aquatiques » est particulièrement importante pour les villes et les communautés côtières. La mission Cancer offre un rôle aux villes en matière de prévention, notamment en travaillant sur la mobilité durable et l’amélioration de la qualité de l’air.

SG : Que fait l’équipe projets d’Energy Cities à ce sujet ?

GP: Notre nouvel Agenda pour une décennie de transformation est totalement en phase avec les ambitions et l’approche des missions. En matière de transformation urbaine, nous préconisons une approche de changement systémique, et ce faisant, nous aidons les villes à transformer l’ensemble de leur métabolisme et à devenir neutres pour le climat.

Energy Cities est directement impliqué dans le projet NetZeroCities qui mettra en place et gérera la plateforme de guichet unique en soutien à la mission « Villes ». Le guichet unique, entre autres activités, gérera un appel à projets pilotes et fournira des fonds aux collectivités locales pour mettre en œuvre des actions concrètes sur le terrain. Des villes jumelées seront également sélectionnées par le guichet unique et rejoindront les villes pilotes afin de stimuler la reproductibilité et la transférabilité des solutions mises en œuvre.

En tant que coordinateur de la Convention des Maires Europe, Energy Cities aide les villes à accroître leurs ambitions en matière de climat et d’énergie – les nouveaux objectifs devant permettre aux signataires de la Convention d’atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. Dans le cadre de la mission Adaptation au changement climatique, la Convention lancera un mécanisme d’adaptation des politiques au début de l’année prochaine.

Au début de l’année 2022, nous lancerons SHARED GREEN DEAL, un nouveau projet coordonné par l’Université Anglia Ruskin, pour lequel nous piloterons des expérimentations sociales avec la participation de citoyens et de parties prenantes autour des priorités du Pacte vert. Les sujets de ces expériences seront étroitement liés aux domaines d’intervention des Missions.  

Etes-vous membre d’Energy Cities ? Rejoignez notre groupe de membres sur LinkedIn pour être toujours informé des dernières opportunités en matière de financement (et de travail en réseau) !

À propos

Date de publication

16 novembre 2021