Rénovation de logements à grande échelle au Royaume-Uni – un modèle à reproduire

Des villes ont recours à une société indépendante pour rassembler les acteurs locaux et trouver des solutions aux obstacles spécifiques qu’elles rencontrent lors d’opérations de rénovation de logements à grande échelle


La Ville de Manchester ambitionne de devenir une ville zéro carbone d’ici 2038. La rénovation de son imposant parc de logements sociaux entre dans le cadre de cet objectif. Au vu de l’ampleur de la tâche à accomplir, la Ville a décidé de consacrer 3 jours fin février à réunir les diverses parties prenantes avec l’aide de l’entreprise Low Carbon Homes afin de partager expertise et bonnes pratiques et évaluer les ressources nécessaires pour y parvenir.

Plusieurs événements, dont une conférence en ligne, seront organisés avec la participation d’autres villes du Royaume-Uni, parmi lesquelles Brighton, Birmingham, Liverpool, Glasgow et bien d’autres. Energy Cities présentera à cette occasion des bonnes pratiques d’autres pays, glanées avec l’aide de nos amis de Social Housing Europe et qui peuvent être appliquées au Royaume-Uni.

Graham Lock, fondateur de Low Carbon Homes

« En tant que partenaire hôte, chaque ville ou région avec laquelle nous collaborons devient le facilitateur de la conférence. Nous constituons alors un groupe consultatif composé d’autres acteurs locaux –  organismes de logements sociaux, universités, chambres de commerce, syndicats professionnels ou encore associations locales. Avec ce groupe, nous définissons ce qu’ils attendent de cette conférence et établissons un programme qui réponde à cet objectif. La conférence donne au partenaire hôte la possibilité  de mettre en avant ses réalisations et de faire preuve d’ambition et de leadership dans le domaine de la rénovation, tout en permettant aux acteurs de se retrouver dans un environnement indépendant créé par Low Carbon Homes » affirme Graham Lock, fondateur de Low Carbon Homes.

Pour le prochain événement de Manchester, le groupe consultatif a décidé que la rénovation de l’ensemble du parc de logements sociaux représentait un défi suffisamment important pour en faire le thème unique de cet événement.

«  Nous ciblons le même profil de public à chaque événement –  ingénieurs, architectes, entrepreneurs, consultants, propriétaires et responsables politiques – tous issus de la région et nous parvenons à attirer entre 100 et 200 participants à chaque événement.  Nous veillons à évaluer le niveau de satisfaction des participants à l’issue de l’évènement afin de nous assurer que nous avons bien compris leurs attentes et mesurer la manière dont nous y avons répondu. Et je suis fier de pouvoir dire que nous obtenons de très bons scores – 97 % des participants à notre récent événement de Liverpool ont ainsi déclaré qu’ils recommanderaient Low Carbon Homes à leurs collègues » se félicite M. Lock.

Ce modèle développé pour les villes qui consiste à réunir plusieurs acteurs autour d’une table afin de définir le cap à suivre n’est pas unique, bien sûr. Mais nombreux sont les membres d’Energy Cities qui savent combien il est important d’établir une alliance locale forte lorsqu’il s’agit d’aborder des problématiques qui concernent le plus grand nombre.

« La principale leçon que nous tirons de notre expérience est que la collaboration est essentielle pour accélérer le taux de rénovations et qu’il existe des  solutions techniques pour la plupart des scénarios.  Nous attachons une grande importance à ne pas perdre du temps à « réinventer la roue » en partageant les bonnes pratiques et en facilitant les discussions entre tous les acteurs concernés par ce sujet complexe, mais d’une importance capitale » précise M. Lock.

Ces discussions peuvent avoir des retombées positives au-delà des trois journées consacrées à l’événement, retombées qui ne se limitent pas au niveau local.

« Le groupe formé pour notre évènement dans le Derbyshire était composé de plusieurs municipalités et de l’université locale. Ils continuent toujours de se réunir et ont créé un groupe de travail élargi qui s’intéresse non seulement aux rénovations mais à des questions plus générales en lien avec le changement climatique dans toute la région. Quant à notre évènement de Glasgow, un certain nombre de sessions ont porté sur les immeubles collectifs à usage d’habitation et nous avons pu nous inspirer du projet CoachCopro de la Ville de Paris » conclut M. Lock.

À propos

Auteur

Adrian Hiel

Date de publication

16 février 2021