Villes 100% ENR : 5 ans après l’accord de Paris, promesse tenue ?

Point d’étape et clés de réussite de 4 membres d’Energy Cities


En 2015, l’accord de Paris issu de la COP21, avec une mobilisation des collectivités locales et de la société civile et l’adoption de la loi sur la transition énergétique, a motivé des centaines de villes à s’engager sur la voie du 100% énergies renouvelables.

Le chemin emprunté pour atteindre cet objectif est différent en fonction des ressources naturelles du territoire et des territoires voisins, mais aussi selon les priorités données à l’efficacité énergétique, aux vecteurs énergétiques, aux usages, aux acteurs.

5 ans après, lors d’un webinaire organisé par Energy Cities, le CLER et le RAC France, dans le cadre de la biennale des villes en transition de Grenoble, 4 de nos membres Genève, Lorient, Paris et Strasbourg font un point sur leur démarche et identifient les clés de réussite pour atteindre cet objectif ambitieux.

100% renouvelable – 1 objectif, plusieurs stratégies

Paris a, dès 2016, intégré l’objectif du 100% énergies renouvelables à son Plan Climat ainsi que la neutralité carbone 2050, cela le place à la croisée de tous les enjeux et permet de toucher le plus de services et d’acteurs du territoire. Le chemin est en bonne voie mais encore long pour atteindre l’objectif 100%, en 2020 Paris atteint 21% d’énergies renouvelables au niveau de la consommation et 7% d’énergie renouvelable est produite localement.

Lorient agglomération, qui a reçu le label Cit’ergie Gold en 2020, précise que l’autonomie énergétique souhaitée pour 2050 est aussi un moyen pour équilibrer la consommation et la production locale. Aujourd’hui, 7.5% d’électricité renouvelable est produite sur le territoire pour atteindre 13% dans 2 ans. 33% d’énergie renouvelable est consommé en 2020 pour un objectif de 44% en 2022. Notons que la ville s’engage parallèlement et fortement dans la réduction de ses consommations d’énergie en les diminuant de 2010 à 2020 de 20% avec l’objectif d’atteindre – 40% en 2030.

L’Eurométropole de Strasbourg est elle aussi engagée dans une démarche d’autonomie et de résilience des territoires d’ici à 2050. La production, la consommation et la maîtrise de l’énergie sont au cœur de cette stratégie et un des objectif est de réduire les consommations de moitié d’ici 2050. Aujourd’hui 17% des consommations est couvert par de l’énergie renouvelable.

Dès 2006, le canton de Genève a adopté une stratégie municipale « 100% renouvelable en 2050 » pour les besoins en chauffage de ses bâtiments communaux qui a clairement redéfini les orientations de sa politique énergétique. Cette stratégie s’appuie dans un premier temps sur la volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la transition vers le gaz a été un succès puisque Genève a pu baisser ses émissions de CO2 de près de 30%. Le deuxième axe de cette stratégie est la sobriété notamment au niveau de la rénovation. Genève s’intéresse également à la dimension sociale du renouvelable : à quel coût peut-on produire et distribuer cette énergie !

Mobilisez les services, les acteurs économiques, les citoyens … la clé de la réussite ?

« Les villes, seules, n’y arriveront pas, nous devons embarquer tous les acteurs, citoyens, entreprises de nos territoires »

Les stratégies sont ici encore différentes, à Strasbourg, l’accent est mis sur une approche transversale pour construire une culture partagée de l’énergie au sein de tous les services. Avec les citoyens, elle a récemment mise en place une mission d’information et d’évaluation sur le thème de la géothermie. Il faut partager et faire connaitre la stratégie énergétique pour une implication de la société civile et des acteurs économiques.

Paris cherche également à construire une culture partagée, l’idée étant de relier tous les projets émergents à des projets d’énergie renouvelable et de notamment développer des partenariats comme le partenariat urbain-rural pour accélérer l’émergence de projets locaux.

Lorient s’appuie sur des structures, régie autonome, SEM et surtout sur l’agence locale de l’énergie l’ALOEN qui a lancé début 2021 l’opération « Mes voisins sont formidables » dont le but est de récolter des témoignages afin de mettre en récit et en illustration ce qui se fait de bien sur le territoire local.

Genève mise sur l’accompagnement des habitants pour les sensibiliser et les interroger sur le mode de consommation. Le 21 mai prochain par exemple, elle lance à nouveau l’initiative « La nuit est belle ». Outre le fait de pouvoir observer de façon incroyable les étoiles, de préserver la biodiversité nocturne, elle permet aux habitants de réfléchir sur l’utilité d’un éclairage public et privé (commerce, banque etc.)

Pour en savoir plus sur les stratégies et actions de ces 4 villes, visitez la page dédiée au webinaire « Villes 100% ENR : 5 ans après l’accord de Paris, promesse tenue ?« .