Vers des villes 100% énergies renouvelables et maîtrisant leur consommation

Pistes de réflexion et d'action


L’accord de Paris issu de la COP21, avec une mobilisation des collectivités locales et de la société civile à cette occasion et l’adoption de la loi sur la transition énergétique en France ont fait de 2015 une année clé. Depuis, la question n’est plus de savoir si le monde va s’orienter délibérément vers l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, mais comment mener cette transition pour qu’elle soit bénéfique à tous.
Que ce soit pour les changements climatiques, la pollution de l’air, les risques géopolitiques, la volatilité des prix ou le développement économique des territoires, les énergies renouvelables sont devenues l’une des réponses incontournables. La baisse continue des coûts les rend déjà compétitives dans de nombreuses régions du monde et bientôt dans la plupart.

Des territoires, des villes, des régions, des îles et même des pays de par le monde s’engagent sur la voie du 100% énergies renouvelables. Des collectivités territoriales de plus en plus nombreuses sont en train de prouver que le 100% énergies renouvelables – bien évidemment conjointement avec des politiques d’efficacité et de sobriété énergétiques – est techniquement faisable, mais aussi économiquement et socialement bénéfique.

Il n’y a pas deux villes ou métropoles identiques. Le chemin emprunté pour aller vers 100% d’énergies renouvelables sera différent en fonction des ressources naturelles disponibles sur leur territoire et dans les territoires voisins, mais aussi selon les priorités données à l’efficacité énergétique, à certains vecteurs énergétiques (électricité, gaz, chaleur), à certains usages (bâtiment, mobilité…), à certains acteurs (grandes entreprises de l’énergie, du numérique, coopératives…). S’il n’y a pas de bon ni de mauvais chemin, les collectivités pionnières réunies dans la campagne internationale global 100 re, mais aussi les acteurs français rencontrés pour l’élaboration de ce document et les publications sur le sujet nous ont permis de tracer quelques grandes lignes de recommandations.

Barcelone, vers l’autosuffisance énergétique à l’horizon 2050

Deuxième ville d’Espagne en termes de population, d’économie et d’activités, Barcelone est soucieuse d’optimiser les flux urbains depuis des années. sa vision politique prévoit l’autosuffisance énergétique de Barcelone en 2050. La feuille de route associée inscrit le «100% renouvelable» dans la stratégie officielle de la ville, en mettant en avant les économies d’énergie et la production via l’énergie solaire et le mini-éolien, ainsi que les réseaux de chaleur.

La stratégie de la municipalité de Barcelone se base sur un double constat : la forte concentration de population urbaine est l’un des grands défis du XXIe siècle, et la nécessité pour une mégapole de trouver des solutions énergétiques efficaces. C’est pour cette raison qu’en 2015 Barcelone a formalisé sa vision d’une transition vers l’autosuffisance énergétique.

La ville s’est fixé comme objectifs de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030 (par rapport au niveau de 2005) et de produire localement assez d’énergie pour couvrir la consommation municipale. De plus, la mairie joue un rôle de catalyseur dans la transition vers le 100% énergies renouvelables sur tout le territoire de la ville.

À propos

Auteurs

Miriam Eisermann
Sylvie Lacassagne
Anne Bringault

Année de publication

2016

Télécharger

français english