Comprendre, planifier et combattre les îlots de chaleurs urbains

Les villes s’adaptent aux conditions climatiques et agissent pour rafraichir la température sur leur territoire


L’été approche (doucement) et nous nous souvenons toutes et tous des fortes températures que nous avons subies les années précédentes.

A Energy Cities, nous avons testé plusieurs solutions : courant d’air, obscurité, ventilateur avec serviette mouillée devant, pieds dans une bassine … c’était dur, seul réconfort du télétravail à la campagne, l’ombre des arbres du jardin ou la fraicheur d’une vieille maison… Mais pour les collègues en ville ? Quelles solutions pour rafraichir les logements, les places surchauffées où la chaleur est emmagasinée toute la journée ?

A l’échelle supérieure, les villes européennes sont elles aussi confrontées à ce phénomène, certaines mettent en place des actions pour éviter les îlots de chaleur et faire baisser la température intramuros.

1 million d’arbres à Bordeaux

Bordeaux métropole a souhaité comprendre ces phénomènes avant d’élaborer un plan d’action.

La réalisation d’une étude a permis d’identifier ces îlots de chaleur et de préconiser des aménagements. 34 fiches actions ont été réalisées elles portent sur l’aménagement, la place de la végétation et de l’eau en ville ainsi que sur l’architecture.  

Pour compléter ces mesures, la métropole a récemment lancé une vaste opération de végétalisation de son territoire qui lui permettra de passer dans les prochaines années d’une ville très minérale à une ville plus végétale et plus agréable à vivre.

© Pieter de Malsche

Plan stratégique à Vienne

La ville de Vienne en Autriche, en collaboration avec des experts scientifiques et les services de la ville, a élaboré un plan stratégique ICU (Ilots de chaleurs urbains) qui détaille les différentes possibilités de refroidissement des îlots de chaleurs en ville. Un grand nombre des mesures décrites dans le plan stratégique ont déjà été mises en œuvre pour atteindre l’objectif de rendre la ville encore plus vivable face aux conséquences du changement climatique.

Elle a notamment mis en place des infrastructures vertes pour réduire l’effet îlot de chaleur. Des corridors verts ont été planifiés à l’intérieur de la ville pour augmenter les interactions entre les espaces verts, accroitre la ventilation et ainsi rafraichir l’air. Les bâtiments sont concernés par ces mesures, les façades, les toits sont concernés par un plan de végétalisation.

Ces mesures améliorent la production et la distribution d’air frais. La connexion des zones de refroidissement au centre-ville dense, en particulier via des réseaux alignés sur les vents dominants, favorise la ventilation du centre-ville.

© Marco Verch

Cartographie des îlots à Bruxelles

Bruxelles a récemment commandé une étude pour visualiser les ilots de chaleur et de fraicheur sur son territoire.

Cette cartographie, en ligne sur son site, permet aux habitant d’identifier rapidement les zones de fraicheur à privilégier lors des fortes chaleurs. Elle met également en évidence les îlots de chaleur, où des actions concrètes peuvent être mise en œuvre prioritairement. Cette étude montre encore l’importance des espaces verts en milieu urbain.

En 2019, la ville a lancé le plan canopée, un plan de végétalisation du territoire qui sur 10 ans (202-2030) permettra de diversifier les espèces végétales, de faire naitre des forêts urbaines. Ce plan favorisera le rafraichissement et la purification de l’air et également la préservation de la biodiversité.

Cartographie – Environnement Bruxelles

À propos

Date de publication

09 juin 2021

Pour aller plus loin

Visionnez le webinaire sur la planification des îlots de chaleur avec les expériences de Bordeaux et de Sion