Quel rôle pour les collectivités locales dans la relance et la vague de rénovation ?

Analyse d’Energy Cities et conseils pour la suite


Les collectivités locales sont des acteurs essentiels de la vague de rénovation et une bonne intégration du niveau local dans le volet « rénovation » des plans nationaux pour la reprise et la résilience est indispensable au succès de ces derniers.

Notre première analyse des plans de relance de la Belgique, de la Bulgarie, de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, du Portugal, de la Roumanie et de l’Espagne montre que la vague de rénovation est une priorité pour les États membres ; les bâtiments sont en effet l’une des principales sources de consommation d’énergie en Europe et leur rénovation crée de nombreux emplois locaux. La Commission européenne estime ainsi que 56,1 milliards d’euros iront aux investissements liés à la rénovation, sur les 672,5 milliards d’euros mis à disposition sous forme de subventions et de prêts dans le cadre de la facilité pour la reprise et la résilience (FRR). Cependant, les collectivités locales restent principalement cantonnées à la rénovation des bâtiments municipaux (écoles, infrastructures culturelles et sportives), et seuls quelques États membres les incluent dans des mesures essentielles telles que la lutte contre la précarité énergétique. Dans l’ensemble, à l’exception de l’Espagne, il n’y a pas reconnaissance du rôle holistique que les municipalités peuvent jouer dans la vague de rénovation, ces dernières étant plutôt considérées comme de simples exécutants.

Les villes devraient être perçues comme des chefs d’orchestre, et non comme des musiciens.

  • Les villes jouent un rôle essentiel de facilitateur en faisant se rencontrer l’offre et la demande et en soutenant les propriétaires et les PME dans leurs projets de rénovation, via des guichets uniques et des plateformes en ligne.
  • Elles sont des moteurs importants de la vague de rénovation. Si la rénovation des infrastructures et bâtiments municipaux est cruciale, elle ne suffit pas pour atteindre les objectifs de neutralité climatique. Or les municipalités peuvent également développer des réseaux de chauffage et de refroidissement urbains alimentés par des énergies renouvelables tout en luttant contre la précarité énergétique, ou encore réhabiliter d’anciennes friches industrielles pour les transformer en quartiers neutres pour le climat, par exemple.

Les villes ont besoin de moyens pour réaliser leurs grandes ambitions, et pas seulement de liquidités à court terme pour stimuler la relance 

Les plans de relance ne doivent pas se contenter de “relancer” l’économie en revenant à la situation d’avant la crise. Ils constituent au contraire une occasion unique d’investir massivement dans l’économie du futur, ce qui est essentiel pour atteindre l’objectif de neutralité climatique de l’UE. Or les États membres attendent un retour sur investissement rapide et élevé, ce qui explique que de nombreux appels à projets pour la rénovation de bâtiments publics, par exemple, aient déjà été lancés, avec des délais courts et/ou en donnant la priorité à des projets pouvant être mis en œuvre rapidement.

Cette approche de la relance à court terme pose deux problèmes. Le premier est que les délais sont trop courts et qu’il y a un risque que les villes n’aient pas les capacités de répondre à ces appels. Le second problème est que cette approche ne permet pas à des projets plus innovants et ambitieux d’émerger : or nous devons voir grand !

Les municipalités et les collectivités locales ont besoin de deux choses, en plus de financements :

1- Davantage d’assistance technique et financière : les villes de petite et moyenne taille, en particulier, n’ont pas les ressources humaines nécessaires pour monter des projets susceptibles d’être financés dans le cadre de la FRR ou de tout autre programme dans les temps impartis. Par ailleurs, le financement public/privé étant essentiel pour atteindre les objectifs, l’assistance technique permet aux collectivités locales de planifier des projets innovants économiquement viables, et donc attractifs pour les investisseurs.

>> Découvrez comment le concept de City Facility peut aider votre ville à développer des concepts d’investissement viables dans notre dernière publication.
>> Sachez qu’une assistance technique est fournie dans le cadre du Fonds de cohésion.

2- Du temps pour réfléchir : la phase de mise en œuvre des plans de relance commencera à l’automne 2021 ; cela signifie que les Etat membres, pour qui l’appel à projets est le moyen privilégié pour répartir ces fonds, ont déjà commencé à sélectionner les projets et continueront à le faire pendant tout l’été pour une relance rapide. Cela ne laisse pas suffisamment de temps aux villes pour sortir des sentiers battus, s’inspirer des échanges entre pairs ou consulter des experts nationaux, autant de conditions nécessaires pour une vague de rénovation et une transition énergétique axées sur l’innovation.

Conseils à l’attention des collectivités locales  

  • Agissez rapidement et montrez-vous proactif en réunissant les parties prenantes concernées et en concevant des projets qui répondent à vos besoins ! Vous aurez ainsi matière à répondre aux prochains appels à projets et programmes de financement.
  • Rejoignez la “Efficient Buildings Community” – surtout si vous vous trouvez dans la zone méditerranéenne – et bénéficiez de ses outils et événements.