Connecter les communautés au réseau

Optimisme malgré des options limitées pour les communautés énergétiques: retour sur une réunion entre villes


À propos

Date de publication

19 septembre 2022

Si l’approvisionnement énergétique et les infrastructures alternatives aux pipelines russes sont au cœur de l’actualité, il est important de regarder aussi derrière la grande scène géopolitique. L’optimisme vient quand on voit les solutions qui émergent au niveau local. Soutenu par la European Climate Foundation (ECF), Energy Cities a organisé mi-septembre une rencontre sur les communautés énergétiques. Au cours de cette session de partage, 15 représentants de villes et de coopératives de cinq pays ont présenté leurs projets et leurs histoires en matière d’énergie renouvelable. Tous avaient participé à l’un des trois collaboration labs (laboratoires de collaboration) qui ont été organisés au cours des deux dernières années avec le soutien de la ECF pour stimuler la coopération entre l’équipe municipale et les citoyens au niveau local. L’événement de la semaine dernière les a réunis pour la toute première fois afin d’échanger sur comment leurs communautés énergétiques respectives ont progressé.

7 délégations de villes venant de 5 pays ont participé aux ECF collaboration labs entre 2020 et 2022

De Valence en Espagne, à Prague en République tchèque, d’Ilioupoli en Grèce à Strasbourg en France, le diagnostic est partagé : les villes, les associations citoyennes et les PME saisissent toutes les opportunités possibles pour coopérer et créer ensemble des programmes d’énergie renouvelable. Et ils le font contre vents et marées : Malgré les obstacles juridiques et une réglementation encore trop floue, ils consacrent des heures incroyables et même leur énergie personnelle à trouver les toits pour des installations de renouvelables, à connecter les panneaux solaires avec les consommateurs qui le veuillent bien et, surtout, à mettre les personnes en relation entre elles (citoyens, entrepreneurs, employés municipaux, etc.).

Pour commencer cette rencontre, Josh Roberts, de RESCoop, a donné un aperçu de ce qui est nouveau et de ce qui est à venir dans la législation européenne relative aux communautés énergétiques locales. Comme le montre leur transposition tracker, beaucoup reste à faire pour mettre les directives en œuvre au niveau national. Et cela est vrai même dans des pays comme la France, où la législation sur les communautés énergétiques est assez avancée et comprend même une définition élaborée de ce que sont des communautés énergétiques. Et pourtant, les collectivités locales ont encore des difficultés à créer des entités juridiques ou à bénéficier d’aides publiques. Ceci est particulièrement vrai depuis qu’un changement législatif interdit aux autorités publiques de bénéficier de plusieurs aides d’État à la fois. Gérard Pol-Gili de l’agglomération de Strasbourg, a expliqué comment ce changement juridique a créé de grandes difficultés aux Brasseurs de l’énergie, la première communauté énergétique de Strasbourg qui est opérationnelle depuis la fin de l’année 2021.

Au cours de cette rencontre virtuelle de trois heures, les délégués des villes présents ont démontré à travers leurs récits que la scène locale évolue au moins aussi vite que celle de l’UE et les cadres nationaux. Mieux encore, les municipalités trouvent des moyens de contourner les lois souvent immatures et désavantageuses.

Quelques activités (parmi beaucoup d’autres) qui ont contribué à dynamiser les communautés énergétiques dans les 7 villes du laboratoire et que d’autres gouvernements locaux devraient essayer :

  • Adaptez les appels d’offres pour les toits publics de manière à ce que la participation d’initiatives coopératives et citoyennes devienne un critère d’éligibilité.
  • Recrutez une personne qui se consacre à fournir une assistance sur mesure aux communautés énergétiques locales (soutien technique ou financier, développement commercial, etc.)
  • Enregistrez votre communauté en tant qu’entreprise classique tout en appliquant les règles de gouvernance démocratique des coopératives (une voix-un vote, etc.) – cela peut simplifier la mise en place de votre entité juridique.
  • Postulez à des programmes d’assistance technique tels que la European City Facility ou la Convention des maires.

Toutes les villes du collaboration lab ont accompli un travail remarquable. Sans aucun doute, Strasbourg et Valencia sont devenues un modèle inspirant pour les villes qui veulent s’engager dans l’énergie renouvelable participative. Leur récit très honnête peut aider d’autres à se fixer des attentes réalistes pour leur propre parcours. De plus, ces deux municipalités montrent à quel point l’impact est important lorsque le gouvernement local choisit d’être moteur, lorsqu’il libère des moyens humains et financiers pour activer et soutenir les initiatives citoyennes en faveur des énergies renouvelables.

Qu’il s’agisse d’un guichet unique sur l’autoconsommation d’énergies renouvelables, d’un système photovoltaïque sur les toits publics financé par les citoyens ou de quartiers à énergie positive impliquant les habitants – les formes sont multiples et les participants l’ont démontré par la diversité de leurs initiatives. Cette rencontre digitale a été l’occasion de comprendre les défis et les potentiels qui se présentent aux gouvernements locaux quand ils veulent produire et vendre leur propre énergie renouvelable, et ce avec les acteurs de leur territoire. Et comme l’a dit un participant à la fin de l’événement : « Une fois de plus, nous avons appris beaucoup de choses et ce fut un excellent rappel : nous ne sommes pas seuls ».

Pour ceux qui n’ont pas pu participer aux collaboration labs précédents, sachez qu’on vous tiendra au courant de projets, opportunités de financements et de réseautage à travers le Hub 3 d’Energy Cities. Inscrivez-vous maintenant!