Entre autoconsommation collective et tourisme énergétique

Les nouveaux projets de Mouscron (Belgique)


La ville de Mouscron nous a dévoilé, dans les grandes lignes, ses nouveaux projets en cours, dont un sur l’autoconsommation collective à l’échelle de tout un quartier.

Communautés locales d’énergie au sein d’un quartier pilote

Le photovoltaïque reste une préoccupation centrale de cette municipalité belge. La coopérative énergétique de Mouscron est partenaire dans le projet novateur COLECO.

Démarré l’an dernier, COLECO devrait lancer une dynamique locale d’autoconsommation collective en Wallonie picarde. L’objectif est ambitieux : créer, d’ici 2021, 7 micro-réseaux électriques dans les parcs d’activités économiques et, d’ici 2025, une centaine de communautés locales d’énergies renouvelables en Wallonie picarde. Le territoire, qui compte 23 communes, devrait donc voir émerger plusieurs communautés dans chaque commune.

Dans le cadre de cette expérimentation, la municipalité de Mouscron et sa coopérative souhaitent installer des panneaux photovoltaïques de grande capacité sur des toitures. Le premier site pilote sera l’école Saint-Exupéry à Mouscron. On peut y installer jusqu’à 100 kWhc de panneaux photovoltaïques. Ces panneaux sont un investissement de la coopérative dont l’école est le premier bénéficiaire. Or, une école a une faible autoconsommation. Pendant les étés, jours fériés, weekends, quand l’école ne consomme rien mais produit, l’énergie est partiellement revendue sur le réseau mais à coût très faible. Le quartier compte environ 200 logements raccordés à la même borne électrique que l’école ; ceux-ci pourraient donc rejoindre cette toute nouvelle communauté locale d’energies renouvelables (CER).

Les habitations de Mouscron et particulièrement dans ce quartier-là, sont des maisons mitoyennes avec des largeurs de façades de 5m/5,50m avec des petites toitures où il est très difficile d’installer du photovoltaïque. Par conséquence, les résidents n’en mettent pas, ou rarement. Actuellement, sur les 200 résidents reliés à la même cabine basse tension que l’école, il n’y a eu que trois installations qui ont été réalisées par les habitants.

Pour équilibrer la consommation et la production au mieux, un nouveau logiciel de gestion de l’autoconsommation collective sera mis à disposition des citoyens raccordés. Pour l’instant il n’y a pas de chiffrage concernant l’économie sur leurs factures énergétiques, mais est estimée à 10 à 15%. Ces auto-consommateurs recevront deux factures: L’une de leur fournisseur traditionnel – il s’agit d’un fournisseur qui travaille sur Mouscron. Puis une autre facture de la communauté des énergies renouvelables. 

Le projet COLECO est mené par l’IDETA (l’Agence de Développement Territorial) en collaboration avec l’intercommunale IEG, les communes de Wallonie picarde, la COOPEM (Coopérative Energie Mouscron) et l’entreprise HAULOGY, spécialisée dans le développement de logiciels pour les acteurs du monde énergétique. 

La coopérative énergétique, facilitateur de rénovations

La coopérative énergétique COOPEM a aussi sa part de travail dans le projet BE REEL, qui est monté et dirigé par la ville de Mouscron. Le but, en parallèle avec le photovoltaïque, c’est de rassembler des entrepreneurs, des artisans de la région de Mouscron, pour former une grappe d’artisans, tous secteurs confondus (chauffagistes, professionnels de l’isolations, des toitures, etc.) ainsi que de faciliter aux habitants la rénovation de leurs maisons. Il y a un grand nombre de maisons à Mouscron qui doivent être rénovées. Beaucoup d’elles datent de 1970, voire d’avant 1970. La coopérative se veut facilitateur de ce processus de rénovation en proposant un guichet unique à ses adhérents.

« On veut proposer cela aux gens et leur dire : « vous participez avec la COOPEM et elle va vous faciliter les choses pour toutes les démarches administratives ». » dit Emmanuel Fontaine, administrateur de la coopérative.

« Parce que l’obtention d’une prime, c’est bien, mais il y a des démarches, des papiers à remplir, des explications à donner etc. Tout cela va être orchestré par la coopérative. C’est tout nouveau, on vient d’avoir une réunion avec tous les artisans, les entrepreneurs qui travaillent sur Mouscron pour avoir leur sentiment sur le projet. On a eu un retour très positif d’une grande partie de ces entrepreneurs.« 

Circuit touristique transfrontalier en dehors des sentiers battus

Mouscron fait partie de la Wallonie, mais se trouve juste à la frontière entre la
Flandre et la France. Cela permet à la municipalité des échanges faciles avec ses voisins flamands et français. Cette situation géographique a donné lieu à un projet Interreg appelé TransEnergy. Dans ce cadre, la municipalité travaille avec l’association Virage Energie sur la réalisation de circuits en mobilité douce dans la région transfrontalière. Le but est de proposer trois circuits, à vélo, à pied ou à trottinette. Ils permettront aux personnes intéressés de parcourir la région en passant par des sites où il y a des maisons passives, des installations industrielles qui emploient du photovoltaïque, de la cogénération, des pompes à chaleur etc.